lingua

Sutera

Sutera
Print Friendly, PDF & Email

Sutera forme presque une ceinture autour de la base de Monte San Paolino, semblant déployer ses bras en une étreinte affectueuse. L’origine de la ville se transmet de bouche à oreille et d’une génération à l’autre la légende de sa fondation, qui remonterait à Dédale, l’architecte athénien en fugue du labyrinthe de Crête et accueilli par le roi du territoire, Kocalo. Le mythe se poursuit avec l’assassinat de Minos, noyé par les filles de Kocalo,  jusqu’à la mythique Camico, capitale de la Sicanie, engloutie par un tremblement de terre auquel s’ensuivit un glissement de terrain à proximité de la Rocca San Marco qui divisa en deux le mont adjacent (Rocca Spaccata).  Propriété de Guglielmo Raimondo di Montecateno, en 1397 elle fut « demanium reducta » sur ordre du roi Martino. Vendue au cours des année successives, la ville connut un développement urbanistique entre le début du XVI et la fin du XVIIe siècle : l'agriculture,  revenu unique de la nouvelle noblesse, devait dominer. Sutera devint  centre administratif et religieux de la Val di Mazzara, et par conséquent, attira de nombreux notables et militaires,  et des couvents et des églises furent édifiés. Cependant, le déclin s’amorça au  XVIIIe siècle, quand  Mussomeli prit l’avantage avec ses biens administratifs bien gérés, tandis que la  noblesse de Sutera perdait son temps en vaines querelles au lieu d’administrer ses fiefs. L’affaiblissement de l’agriculture et l’absence d’industrie exigeaient une nouvelle stratégie de développement, qui amena la petite ville à s’orienter vers le secteur touristique.

 

© 2015 - Distretto Turistico delle Miniere
CCIAA Caltanissetta Via Vittorio Emanuele, 38

Progetto Cofinanziato dall’Unione Europea
Programma Operativo FESR – Fondo Europeo di Sviluppo Regionale Sicilia 2007/2013 Asse 3
Obiettivo Operativo 3.3.3 – Linea di Intervento 3.3.3 A, Attività C
“Investiamo nel vostro futuro”

Chargement...